mardi 28 mai 2013

Propositions du Secrétaire d’Etat.bxl au Logement

Le séminaire du Gouvernement qui s’est déroulé ce week-end à Ostende est venu confirmer cet engagement déterminé en faveur du logement.
En effet, plusieurs décisions importantes ont été prises sur base de mes propositions en tant que Secrétaire d’Etat au Logement :

  1. Le Gouvernement s’est engagé en faveur d’un nouveau plan pluriannuel d’investissement dans le logement. Il comprend la réalisation de 5000 nouveaux logements sociaux, modérés et moyens. Une partie de ces logements seront soit mis en location, soit mis en vente.
     
  2. Le Gouvernement s’est également engagé en faveur d’un nouveau programme de rénovation du logement social
     
  3. Il a également fixé des objectifs ambitieux de production de logements publics et a finalité sociale dans les zones prioritaires : 30 % de logements publics sur le site de Tours et Taxis, 30 % sur le site de Schaerbeek-Josaphat.
    L’emplacement actuel du Stade Roi Baudouin sera affecté à la construction de logements dont au minimum 15 % de logements publics à finalité sociale.
     
  4. Le Gouvernement mettra en place aussi un dispositif pilote d’allocation loyer pour les ménages en attente d’un logement social depuis un certain nombre d’années.
     
  5. Afin de rendre la fiscalité sur le logement plus juste et plus efficace sans en hausser le niveau, une task force d’experts sera également chargée par le gouvernement de lui remettre des propositions fiscales. Celles-ci sont attendues en septembre et serviront de préparer une prochaine réforme fiscale.
Ces décisions s’inscrivent dans le contexte de l’action menée depuis quatre ans pour soutenir la concrétisation du droit à un logement décent pour tous les Bruxellois.

mardi 14 mai 2013

Islande, il y a 3 ans ....

Islande/banques: "rien laissé au hasard" publié par le Figaro le 14/05/2010

Rien ne sera laissé au hasard dans l'enquête sur les fraudes des banquiers islandais, a déclaré l'ex-magistrate française Eva Joly, conseillère spéciale du procureur islandais chargée du dossier.

Après une première vague d'arrestations et de poursuites contre les anciens principaux dirigeants et actionnaires des banques Kaupthing et Glitnir depuis une semaine, d'autres vont certainement suivre, souligne l'ex-juge d'instruction franco-norvégienne dans un long entretien au site d'information en ligne Pressan.is. publié hier soir.
"Nous devions commencer quelque part et Kaupthing était la plus grande banque. Nous devions être certains que l'enquête serait équilibrée. Il aurait été inacceptable qu'un manque de moyens débouche sur une enquête sur une seule banque". "Les gens ont travaillé sur plusieurs questions et d'autres poursuites vont suivre"
dit Mme Joly, qui assiste depuis mars 2009 le procureur Olafur Hauksson et qui a plusieurs fois réclamé plus de moyens dans cette enquête sur des dizaines de banquiers islandais.

L'enquête porte sur des soupçons de fraude de ceux qu'on surnommaient les "sorciers" de la finance, avant et lors de l'effondrement des trois grandes banques Kaupthing, Landsbanki et Glitnir, nationalisées d'urgence en octobre 2008 pour éviter une faillite généralisée du pays.
"Ce que je dis, c'est que tout fera l'objet d'une enquête. Il n'y aura rien que nous laisserons au hasard"
dit la Franco-Norvégienne, interrogée sur d'éventuelles poursuites contre les responsables de la Landsbanki, qui n'ont pas été inquiétés pour l'instant.

Le procureur a indiqué hier que 20 anciens cadres de Kaupthing étaient considérés comme suspects.
Quatre anciens dirigeants de Kaupthing, dont l'ex-PDG Hreidar Mar Sigurdsson, ont été arrêtés depuis jeudi à leur arrivée du Luxembourg où ils résident. Sigurdur Einarsson, président du conseil d'administration en exil à Londres, fait l'objet d'un mandat d'arrêt d'Interpol.
Les administrateurs de la banque faillie Glitnir ont annoncé mercredi avoir porté plainte aux Etats-Unis pour réclamer 2 milliards de dollars aux anciens dirigeants et actionnaires, affirmant que la banque avait été "dévalisée de l'intérieur".

samedi 4 mai 2013

Toutes les opinions peuvent être émises

Edouard Delruelle, directeur de l'aile francophone du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme:
"la liberté d'expression est extrêmement large dans notre pays. La Cour européenne des droits de l'homme a bien répété que l'on peut en démocratie tenir des propos qui blessent, qui choquent et qui inquiètent. Toutes les opinions peuvent être émises".

vendredi 3 mai 2013

Flibustiers ?

Paul Magnette a traité certains conseillers de l’opposition de "flibustiers" ...

Le conseiller Ecolo Luc Parmentier a écrit au ministre de tutelle, à la Région wallonne:
 "Paul Magnette ne répond pas toujours aux questions de l'opposition, voulez-vous bien le rappeler à ses devoirs ?"



Lire aussi (20 février 2013):
Paul Magnette, chef de file des socialistes, tire à boulets rouges sur le MR
et ses cadeaux aux riches: «La gauche assainit, la droite dépense»
A gauche toutes ! Paul Magnette en a marre que l’on critique le PS. Le nouveau président socialiste remet les pendules à l’heure, alors que les camarades de la FGTB (et des autres syndicats) défilent dans la rue ce jeudi. Il demande à la FGTB de faire preuve d’honnêteté vis-à-vis d’un parti qui partage ses valeurs et ses combats et il tire aussi à boulets… rouges sur le MR, ce « parti sans valeurs, sans idéal, qui défend les nantis ». Extraits de l’interview donnée à notre journaliste. 


On vous verra dans la rue ce matin, aux côtés des camarades de la FGTB ?
Ma solidarité morale et politique est totale, mais je ne voudrais pas être accusé de récupération…
Ou être accusé tout court. Anne Demelenne, la secrétaire générale de la FGTB, demande au PS de ne oublier d’où il vient et lui demande de faire changer de cap au gouvernement…
Mais le PS évite au gouvernement de changer de cap dans le mauvais sens. On a dit non à ceux qui voulaient reculer l’âge de la pension ou remettre en cause l’index. C’est grâce au PS, ça…
Oui, mais l’index, vous y touchez quand même. On dit même que le gouvernement le bidouille…
C’est malhonnête de dire ça. On l’actualise pour qu’il reflète plus correctement l’évolution du niveau de vie. Je suis ouvert aux débats qui améliorent l’index.
Un tel mouvement de grogne, cela ne met pas le PS dans l’embarras ? Cela ne fragilise pas la position de « votre » Premier ministre ?
Non ! Le gouvernement a intérêt à ce que la concertation sociale ne soit pas grippée. C’est ce qui permet à la Belgique d’avancer.
Que les syndicats nous critiquent, c’est très bien. Nous ne faisons pas le même métier, mais nous défendons les mêmes valeurs.
Il n’y a pas de grand écart entre votre message de président du PS et celui du Premier ministre, socialiste lui aussi ?
Mais c’est l’essence même du socialisme ! La gauche protestataire donne des leçons, mais n’a jamais rien fait pour changer la vie des gens. La droite ne bouge pas. Pas d’idéal, pas de valeurs, on ne défend que les nantis. Ce n’est pas facile d’être entre les deux, mais c’est un beau combat. On est les pieds dans la boue et les yeux tournés vers les étoiles; immergés dans la réalité sans perdre notre idéal.

mercredi 1 mai 2013

L’histoire de Dimitri Vitkovski ...

Vitkovski est arrêté pour la première fois en 1926 lorsqu’il a 25 ans. C’est seulement 28 ans plus tard, en 1954, qu’il sera autorisé à rejoindre les siens à Moscou. Condamné pour des raisons complètement farfelues (comme tous les condamnés politiques à l’époque), il sera envoyé dans les profondeurs de la Sibérie où il travaillera comme bagnard sur les îles Solovki tout en subissant des interrogatoires interminables, des tortures et toutes sortes d’humiliations. Cet homme qui venait de finir ses études à l’Institut des sciences et rêvait de devenir un scientifique, n’a jamais pu l’être.

L’histoire de Dimitri Vitkovski est mentionnée par Soljenitsyne au début de l’Archipel du goulag.
Elle est restée inconnue en URSS jusqu’au début des années 1990 lorsqu’elle fut publiée, 25 ans après la mort de l’auteur. La traduction française vient d’être publiée. Pourtant, nous avons affaire à l’un des plus terribles et complets témoignages sur l’univers concentrationnaire soviétique. Le récit n’a rien à envier à ceux laissés par Soljenitsyne, Guinzbourg ou Chalamov. Tout y est. La description détaillée et « neutre » du système de répression et d’emprisonnement, la vie au Goulag, la profondeur des personnages, le talent du narrateur et aussi les clefs de la survie…