mardi 19 novembre 2013

Egalité entre les hommes et les femmes

Sur base d'un rapport du Forum économique mondial à propos de l’état de l’égalité entre les hommes et les femmes dans 136 pays ... les critères sont les leurs



Please read also:
The foundation's third annual women's rights poll (poll2013.trust.org) gives a comprehensive snapshot of the state of women's rights in the Arab world three years after the events of 2011 and as Syria's conflict threatens further regional upheaval.

samedi 16 novembre 2013

L'indemnité de départ de Bellens

Les paris sont ouverts :

Phinéas dit : "Fuck you" (4G staïle)
: "aucune idée. À voir le résultat de la procédure éventuelle"

Rétroactes:
Le gouvernement fédéral réuni en comité restreint a décidé ce vendredi 15 novembre de révoquer l'administrateur délégué de Belgacom, Didier Bellens.
Le gouvernement a estimé que les incidents et polémiques qui se sont répétés ont entamé la relation de confiance entre M. Bellens et l'État, actionnaire majoritaire de l'entreprise.

Le gouvernement, via Labille justifie sa décision
"par le constat d'un manquement grave aux devoirs auxquels l'administrateur délégué est tenu"
"M. Bellens n'a pas contribué à garantir une bonne entente entre l'entreprise et l'État, les incidents et polémiques ont érodé la relation de confiance avec l'administrateur délégué, les déclarations "dénigrantes ou inopportunes" faites à l'égard de l'État, en particulier celle du 7 novembre où le premier était comparé à un petit enfant attendant sa Saint-Nicolas, ou encore les controverses qui ont éclaté à propos de certains départs, promotions ou licenciements de hauts cadres depuis 2011.
"Tous ces éléments ont incontestablement nui à l'image de l'entreprise, particulièrement importante dans le contexte concurrentiel actuel"
Ce constat implique que M. Bellens ne touchera pas d'indemnité de départ, alors que le montant de 800.000 euros d'indemnité de départ (équivalant à 10 mois de salaire) est réclamé par Didier Bellens.

vendredi 15 novembre 2013

"copinage"

La Communauté française désigne encore ses avocats par "copinage", se plaint le journal l'Echo ...
En Communauté française, la fonction publique est à nouveau convoitée [par Maître Uyttendaele]: "Pour ce qui concerne Daerden, il faut impérativement que je conserve le contentieux fonction publique...", écrit l'avocat. L'homme semble même "se navrer lorsque, dans certains cabinets socialistes, des personnes ne lui offrent pas la complaisance dont il voudrait bénéficier"
En 2008, le monde po­li­tique dé­non­çait donc la mé­thode de "co­pi­nage" uti­li­sée en Com­mu­nauté fran­çaise pour dé­si­gner ses avo­cats.
Au­jour­d’hui, la pra­tique n’a tou­jours pas été ré­for­mée.
Qui s'étonne ?

mercredi 13 novembre 2013

Mayeurgate II

Au grand Oral, avec Yvan Mayeur du 09.11.2013 

"A travers Mme Peraita, c'est moi qu'on vise"

"Vous avez des images, depuis des années, de son travail, vous connaissez son abnégation, son engagement par rapport à son métier social et vous savez quoi ? Si elle n'avait pas été candidate présidente du CPAS, on n'en parlait pas aujourd'hui. C'est simplement parce que depuis un mois, Madame Milquet"
On vous vise vous à travers elle ?
Mais bien entendu. Madame Milquet sent que le mouvement est en train de se faire, qu'elle me vise évidemment. Et donc, on tape dans tous les sens, sur tout ce qui bouge pour essayer de dénigrer, salir et franchement, à l'égard des personnes, c'est insupportable
."

Pascale Peraita sera présidente du CPAS ?

Mais bien entendu, nous l'avons décidé. Il faut voter tout cela dans les instances mais c'est le choix que porte le PS et qui sera présenté en assemblée générale du PS. Nous avons eu un vote du comité du PS de Bruxelles cette semaine, plus de 50 personnes ont voté pour
"

Le net poche de Mme Peraita oscille entre 4.200 et 4.800 par mois

"Madame Peraita a un salaire, qui est fondé sur un barème de la région bruxelloise, de directeur donc il y a une référence barémique. Donc, on n'a pas négocié, parenthèse, comme Madame Milquet l'a fait pour l'administrateur délégué de la mission locale pour l'emploi de Bruxelles, on n'a pas fait un salaire négocié sur un coin de table comme elle l'a fait. À ce barème vous devez ajouter des prestations inconfortables de nuit et de week-end . Le net poche de Madame Peraita oscille, selon les saisons évidemment puisque vous comprenez bien qu'il y a des différences dans les saisons dans son métier, entre 4200 et 4800 euros par mois. Voilà la vérité des chiffres ".


Plus un logement de fonction ?

"Non elle n'a pas de logement de fonction, elle paie 1100 euros de loyer pour un logement trois chambres de 83 mètres carrés qui a été attribué à Madame Peraita il y a deux ans. Elle n'était pas du tout en politique et cet appartement lui a été attribué par le CPAS parce qu'elle le demandait pour être à proximité du Samu social étant donné qu'elle est corvéable à merci. Et tout le conseil, à l'unanimité, élus cdH compris, a voté en faveur de l'octroi de cet appartement contre loyer conséquent, 1100 euros par mois, à Madame Peraita"

Milquet :une simple question de respect du droit".

"Dans ma ville il y a des règles d’ordonnance en ce qui concerne le plafond de revenus dans attribution de logements. Et tout ce que nous demandons, c’est qu’on arrête ces pratiques et qu’on respecte les lois".

En ce qui concerne les estimations des salaires reçus par Pascale Peraita, je me réfère au rapport de l'Inspection des Finances, qui est "plus qu’accablant"
"Quand on est en période de crise, qu’on diminue les salaires des top managers, qu'il s'agit de structures qui s'occupe de démunis et de sans-abris", ce n'est pas anormal de se poser la question de savoir si ces montants ne sont pas trop élevés.
Ayons des salaires plus décents quant on s’occupe des sans abris!"

 

mardi 12 novembre 2013

Le dilemme du wagon fou

Ce dilemme a été imaginé en 1967 par Philippa Foot dans un article célèbre à propos du problème de l’avortement.
Joshua Greene y a introduit des éléments empiriques; voici la situation que le dilemme "actualisé" met en jeu :
  • Un wagon dévale une pente à vive allure car ses freins sont hors-d’usage. 
  • Plus bas sur la voie travaillent cinq ouvriers qui vont être écrasés, d’autant qu’il n’y a aucun moyen de les prévenir. 
  • Toutefois, un aiguillage permettrait de faire aller le wagon sur une autre voie où un seul ouvrier travaille. 
  • Quelqu’un, qu’on appellera Denise, a la possibilité d’actionner cet aiguillage. A-t-elle le droit de le faire ? 
  • 85% des personnes interrogées affirment qu’elle en a le droit. Cela ne surprend pas vraiment : ne vaut-il vaut pas mieux qu’une seule personne meure plutôt que cinq ?
On change maintenant le scénario :
  • Le wagon dévale la pente, mais il n’y a aucun aiguillage. 
  • Toutefois, un individu nommé Frank se trouve sur une passerelle qui enjambe la voie, à côté d’un homme suffisamment gros pour que, si Frank le pousse et qu’il tombe sur la voie, son corps arrête le wagon et l’empêche de poursuivre sa route meurtrière. 
  • A-t-il le droit de le faire ? 
  • Cette fois, 88% des mêmes personnes interrogées nient qu’il en ait le droit, alors même qu’ainsi une seule personne mourrait plutôt que cinq, tout comme dans le cas précédent.
Cette histoire est déroutante, car les mêmes personnes répondent différemment alors que la situation paraît moralement analogue et que le résultat est identique : un mort au lieu de cinq.

Comment expliquer cette différence ?

L’éthique normative* contemporaine est marquée par un débat entre deux positions antagonistes:
  • le déontologisme ( (notamment la morale kantienne **) théorie éthique qui affirme que chaque action humaine doit être jugée selon sa conformité (ou sa non-conformité) à certains devoirs) &
  • l’utilitarisme (doctrine éthique qui prescrit d'agir (ou ne pas agir) de manière à maximiser le bien-être global de l'ensemble des êtres sensibles.
    C'est une forme de
    conséquentialisme: théorie évaluant une action (ou une règle) uniquement en fonction de ses conséquences escomptées)
* L'éthique normative est en philosophie, la branche de l'éthique qui forme des théories permettant d'évaluer moralement les personnes et leurs actions selon des critères de justice et de bien. Le débat central de l'éthique normative est celui qui oppose l'éthique de la vertu.
** Une réponse déontologiste invoque une norme à laquelle l’action ou le comportement doivent se conformer, norme qui s’énonce généralement comme une obligation ou une interdiction catégoriques. Chez Kant, la norme de non-instrumentalisation de la personne humaine est qu'on doit se comporter en toute situation en traitant les personnes concernées comme des fins en soi et non comme de purs moyens.

Ce débat est resté jusqu’à récemment un débat usant d’arguments, d’objections, de contre-exemples et d’expériences de pensée essentiellement conceptuels. Il y a peu cependant, dans la foulée des progrès de l’imagerie cérébrale, Joshua Greene y a introduit des éléments empiriques : proposant à des sujets différents dilemmes, dont le dilemme du wagon fou (trolley problem), il a examiné comment leur cerveau réagissait.

Joshua Greene en a tiré la conclusion que le déontologisme  s’appuyait sur des réponses émotionnelles, alors que l’utilitarisme utilisait des circuits rationnels, ce qui assurait à ce dernier une meilleure pertinence morale.
Les raisons déontologistes seraient même des rationalisations a posteriori, voire des confabulations (Trouble de la mémoire se manifestant comme une fabulation dite « compensatrice » des lacunes amnésiques).
Malheureusement, si le recours à des données empiriques est un progrès philosophique dans l’examen de ces questions, les conséquences que Greene en tire ne semblent pas probantes ...

LE Grand Jour de "Bruxelles je t'aime"

ou La IVème  de #bxlpasbelleetpaspolie

La remise des prix doit avoir  lieu ce 12 novembre; c'est fête et gloire de la culture populaire d'Etat


On se souviendra de ce scandale ... et de la réponse personnelle (sous forme de concours) qui n'en était pas une de Fadila Laanan, qui avait précisé que les œuvres devaient s’inscrire dans une des quatre thématiques suivantes : 
  1. les quartiers de Bruxelles : ses petites rues où il fait bon flâner, ses squares et places, ses bâtiments remarquables 
  2. les gens : ses habitants, leurs expressions et leur vécu
  3. les traditions, le folklore, le patrimoine immatériel : son Ommegang, sa Zinneke Parade, son Meyboom, la Fête de la commune libre du Sablon ou les plus récents Bruxelles-les-Bains
  4. la gastronomie et les délices bruxellois : ses ballekes, ses gaufres, ses caricoles, ses smoutebollen, etc. Pour chaque thématique, un prix sera décerné par le public sur base d’un vote sur le site internet et un prix pour une catégorie « professionnel » et un autre pour une catégorie « amateur » seront décernés par un jury. 

Ce jury devait être composé du cinéaste Jaco Van Dormael , de Béa Ercolini, rédactrice en chef Elle Belgique, Michel Gronemberger, photographe, du comédien Ben Hamidou, de la chanteuse Dani Klein du groupe Vaya Con Dios, de Pierre Marcolini, chocolatier, d’Yves Mattagne, Chef étoilé, de Nathalie Uffner, directrice du théâtre de la Toison d’Or, de Bernard Yslaire, scénariste et dessinateur de BD. 

Fadila Laanan annoncait que 
« des prix insolites mettant en lumière Bruxelles récompenseront les gagnants. »  
La remise des prix doit avoir lieu ce 12 novembre dans les nouveaux locaux bruxellois de Point Culture (ancienne médiathèque).
Les œuvres primées seront exposées dans ces locaux du 13 au 30 novembre. 

dimanche 10 novembre 2013

Mayeurgate I

Freddy Thielemans :
"Pour lancer une dynamique, il y a parfois un certain nombre de choses qu’il n’est pas nécessaire de dire"



Au grand Oral, avec Yvan Mayeur du 09.11.2013 

Les électeurs bruxellois n'ont-ils pas de le droit de se sentir un peu floués avec ce départ de Freddy Thielemans un an après avoir été élu et votre désignation pour le remplacer.
Ce qui n'était pas dit durant la campagne électorale. C'est comme si on leur avait vendu un plat qui n'était pas le bon ?

  :
Je pense que ce que nous avons dit aux électeurs pendant la campagne était clairement ça (qu'on votait pour une équipe).
Maintenant il y a une chose qu'on dit aux gens dans la rue, quand on les rencontre sur les marchés, quand on va à la rencontre de la population. Les gens savent que nous sommes une équipe et savent qui va jouer quel rôle.
Et puis, il y a les réponses qui sont faites aux journalistes, aux médias, voilà .
Je pense qu'il y a une différence entre les deux.

Vitrine wallonne ou pour le PS ?

En 1998, on se posait déjà la question: "Batarde, politisée, lente et inefficace, l'Agence wallonne à l'exportation ?"
On se souviendra que c'est Philippe Suinen l'administrateur général de l' Agence wallonne à l'Exportation et aux Investissements étrangers.
Ce dernier avait été chef de cabinet d'Elio Di Rupo et reste très attaché au PS. Il s'était "détaché" du poste de vice-président du CA de la Sabena en 2001, juste avant le crash, dont lui et l'
ancien ministre des Transports de l'époque qui avait signé l'accord de partenariat entre Swissair et Sabena en 1995, portent une très lourde responsabilité.

Ce n'est pas une première, l'Awex vient d'offrir [pour quel prix?] à la Wallonie une vitrine dans le Financial Times qui a pu­blié un sup­plé­ment dédié à la Wal­lo­nie "pour dé­crire non seule­ment ses atouts tou­ris­tiques mais éga­le­ment pour le cli­mat pour les en­tre­prises [? sic !]"


Un peu de délire pour commencer:
Two years ago, the local administration set up Creative Wallonia, an innovation programme that has sought to rejuvenate and modernise the economy.
NB: Où trouve-ton les résultats chiffrés de ce brol ?

Un peu plus encore, mais une vitrine illuminée pour le Parti Socialiste, visiblement
Since 2000, a new generation of more market-oriented politicians has emerged at the top of the Socialist party, and made a concerted effort to turn the area round after years of neglect and mismanagement.

ou
The European Commission, the EU’s executive arm, which has often been critical of the economic dirigisme usually associated with Wallonia, has recently praised the socialist-run region’s policies for fostering creative industries.

ou
The Socialist government’s approach has been welcomed by multinationals and its efforts have been rewarded with investment. Companies with a large presence in the region include Google, the US internet group, Caterpillar, the world’s largest earthmoving equipment maker, and Pfizer, the US pharmaceuticals company.

ou le franchement pathétique
Willy Demeyer, Socialist mayor of Liège and a prominent Belgian senator
Cela vire du scandale au mensonge éhonté, quand on connait les dernières tribulations du pitoyable dossier Mittal, géré par le non moins pitoyable ministre Marcourt:

 Unlike in the past, such funds have not been used to slow the decay of moribund industries.

ou
After ArcelorMittal, the steel group, announced it would shed about 2,000 jobs in the region as part of a restructuring plan, unions suggested Wallonia could acquire the company’s local assets. The nationalisation idea was quickly buried, but it frightened the steelmaker and other investors watching the case.
“Such threats just revive the stereotypes of Wallonia as a socialist enclave,” says a consultant for a foreign group. “The local government should distance itself, otherwise it will freak out investors.”
Wallonia has come a long way since the decline of the steel industry in the 1970s, showing resolve and willingness to change.


samedi 9 novembre 2013

L' "affaire Bellens" et la faute grave ?

Une er­reur à la si­gna­ture du contrat obligerait Bel­ga­com à payer, de ses propres fonds, les charges so­ciales de son CEO de­puis 2003. Belgacom finance également les conseillers fiscaux de Didier Bellens.
Ou, "Comment le gouvernement belge s'est planté sur le salaire de Bellens", alors que Didier Reynders, -qui parlait aussi de faute grave-, affirmait sur Matin Première, que le gouvernement ne possédait pas le contrat de Didier Bellens .... ?!!?

Très récemment, Bellens était encore sur la sellette pour une nouvelle affaire grave (assez similaire à celle qui lui avait déjà valu d'être inculpé de corruption passive en 2011) dans un conflit d'intérêts flagrant pour la vente d'un immeuble de Belgacom à une société (Immobel) dont il est administrateur , et pourtant fanfaronnait:
"On veut chercher des problèmes là où il n'y en a pas. A partir du moment où l'immeuble n'a pas encore été vendu, il n'y a pas de conflit d'intérêts" [sic ?????]
"On peut comprendre que nos parlementaires ne sont pas juristes, mais ils s'aventurent sur un terrain dangereux" [sic !!!!!]
Sandrine Nelissen-Grade, depuis peu l’assistante personnelle de Didier Bellens, l'a accompagné,  lorsqu’il s'est présenté devant la commission Infrastructure de la Chambre.

Mais comment est-il encore possible dans ces conditions que le ministre de tutelle ne possède pas encore tous les éléments contractuels et juridiques à propos du bonhomme ????

La preuve par Di Rupo, qui encore ce même 8 novembre déclarait :
"J'ai déjà eu Labille en ligne, mais je trouve que nous ne devons pas juger avant d'avoir connaissance de tous les éléments. J'attends avec impatience le rapport du ministre"
Récemment encore, Didier Bellens, qui déclarait "ne pas avoir à être insulté par qui que ce soit" était Invité jeudi 7 novembre matin à un petit-déjeuner débat du B19 Country Club, un nouveau cercle d'affaires uccloisse? Il s'y permettait d'insulter le gouvernement et son actionnariat, Didier Bellens n'hésitant pas à qualifier
l'Etat "de pire partenaire à gérer" 
[même si sur ce point, il n'a pas forcément tort sur le fond, mais vu sa position il ne peut se permettre de l’exprimer "publiquement"]
Et d'ajouter:
"Le Premier ministre, Elio Di Rupo, m'appelle seulement lorsque la fin d'année approche pour demander ce qu'il en est du dividende de Belgacom. Un peu comme un petit enfant qui vient chercher sa Saint-Nicolas".
Plus grave encore, le député Roel Deseyn affirmait que l'opérateur téléphonique fouinait dans les boîtes de courrier électronique d'hommes politiques et de journalistes trop critiques ...


Il faut virer Bellens dans les meilleurs délais et concernant le constat de "faute grave", voilà exactement mon approche, résumée par Claude Wantiez, spécialiste du droit du travail, avocat et professeur d'université :
 "Je n'ai pas connaissance du contrat de Didier Bellens mais, que l'on soit employé ou indépendant, il est toujours possible pour un employeur de mettre fin à des fonctions avant terme. Qu'il s'agisse d'un contrat à durée indéterminée ou bien déterminée.
Est-ce que la faute grave peut être établie ?

Il n'y a pas de jurisprudence et ça se résoudra de toute manière au tribunal. Soit le tribunal concluera que les faits sont en effet graves et, dans ce cas, Didier Bellens n'aura pas droit à son indemnité de départ. Soit le tribunal conclut que la gravité des faits ne peut pas être établie et, alors, il aura droit à son indemnité.

Y a-t-il faute grave ?

Ce n'est pas la première fois qu'il se livre en public à ce genre d'observations telles que ses propos tenus sur le Premier ministre. Il a déjà fait par le passé à plusieurs reprises de l'esclandre concernant son actionnaire principal. Ici, il s'est livré à des propos ironiques sur Elio Di Rupo en public. Ce n'est pas comme s'il avait dit cela devant son conseil d'administration. Dans ce cas, c'est bien son droit d'administrateur-délégué.
Je pense donc que la faute grave pourra être établie. Il a l'habitude de répondre au monde politique avec une certaine hauteur…
"

Le dernier "épisode Bellens" en date, qui n'a en soit rien de répréhensible -mais qui passe aux yeux de certains pour une nouvelle provocation-, mais "interroge" : "Didier Bellens, a promu sa "protégée" (?) Sandrine Nelissen Grade au poste de vice-présidente "Public Affairs", dont la tâche principale est de maintenir les relations politiques".
La promotion aurait été accueillie avec incrédulité au sein de l’entreprise publique, parait-il ...

Et pour reprendre du (via twitter) :
"Ultime pied de nez En nommant in extremis sa protégée singe les ministres qui désormais le conspuent, à la veille des élections"

jeudi 7 novembre 2013

5 longues minutes purement liégeoises ...

"Une fois montés, les deux heures de rushes, offriront cinq longues minutes purement liégeoises à apprécier, ce dimanche 10 novembre en fin de journal télévisé, aux alentours de 13 h 30, sur TF1"

A quand 90 minutes sur Arte ?

Voir le résumé en rouge ...

http://www.dhnet.be/regions/liege/liege-vedette-du-journal-de-tf1-dimanche-527b198235703e420f40e168

Abus de sécurité sociale

Les législations belge et européenne permettent d’expulser un ressortissant d’un des pays de l’Union européenne lorsque celui-ci abuse du système de sécurité sociale d’un pays.

Le sénateur Guido De Padt
"il faut faire la différence entre l’immigration voulue et l’immigration passive. Il est indispensable de prendre des mesures si nous voulons à l’avenir faire de l’immigration un phénomène positif. De cette manière l’immigration deviendra une source de richesse" 

De ce qui ressort d’une de ses questions parlementaires posées à la Secrétaire d’Etat à l’Asile et à l’Immigration:
1.130 ressortissants de l’UE ont été expulsés depuis les 8 premiers mois de l’année 2013, pour avoir abusé de notre sécurité sociale.

Stagnation dans la tendance à la hausse des expulsions d’Européens vivant en Belgique:
Il s'agit de personne dont le coût pour la sécurité sociale belge est anormalement élevé.
Par exemple, lorsqu’une personne demande illégalement une revenu d’intégration, ou si une personne réside en Belgique sur base d’un faux statut d’indépendant.

mercredi 6 novembre 2013

Thielemans déjà recasé

Le désormais ex-bourgmestre de Bruxelles, Freddy Thielemans, qui a  démissioné lundi soir, devrait devenir secrétaire général du Parc des Expositions le 1er janvier prochain.
Freddy Thielemans veut "continuer à s'impliquer dans le projet Neo" et du réaménagement du plateau de Bruxelles, a-t-il indiqué lundi sur les ondes de Bel-RTL;
"Neo, c'est un peu mon bébé. Si je ne devais plus pouvoir toucher à ça, j'en serais malheureux (...) Ceci étant, je compte très fort sur mes amis pour que je conserve un lien assez étroit avec Neo. J'ai envie de continuer à m'en occuper, j'en ai fait la proposition"



D'après la DH, pour que Freddy Thielemans accepte de quitter le mayorat, il fallait que le PS bruxellois lui trouve un poste à la rémunération équivalente à son ancienne fonction
Freddy Thielemans est déjà président du conseil d'administration du Parc des Expositions de Bruxelles (une place qui reviendra de facto au prochain bourgmestre, Yvan Mayeur). Si ce recasage n'a pas encore été discuté au sein du conseil d'administration du Parc des Expositions, la nomination de Freddy Thielemans ne devrait pas poser de problèmes puisque ce CA est majoritairement composé de membres du PS.

L'actuel échevin des Finances, Philippe Close accéderait à l'échelon fédéral. Yvan Mayeur abandonnerait sa place de député à la Chambre et la laisserait à Philippe Close lors du scrutin de mai 2014.
Enfin, malgré les attaques qui ont surgi dans la presse ces derniers jours, la présidence du CPAS est toujours promise à Pascale Peraita (actuellement directrice du Samusocial).
Elle a en tout cas le soutien indéfectible du bourgmestre .

mardi 5 novembre 2013

La Belgique boit du GINI


Il y a 3 ans, Freddy Thielemans

Il y a 3 ans, l'ex-bourgmestre de Bruxelles, Freddy Thielemans, devenait secrétaire général du Parc des Expositions.
D'après la DH, pour que Freddy Thielemans accepte de quitter le mayorat, il fallait que le PS bruxellois lui trouve un poste à la rémunération équivalente à son ancienne fonction
Freddy Thielemans était déjà président du conseil d'administration du Parc des Expositions de Bruxelles (une place qui reviendra de facto au prochain bourgmestre, Yvan Mayeur). Si ce recasage n'avait pas encore été discuté au sein du conseil d'administration du Parc des Expositions, la nomination de Freddy Thielemans ne devait pas poser de problèmes puisque ce CA est majoritairement composé de membres du PS.
Freddy Thielemans veut "continuer à s'impliquer dans le projet Neo" et du réaménagement du plateau de Bruxelles, a-t-il indiqué lundi sur les ondes de Bel-RTL;
"Neo, c'est un peu mon bébé. Si je ne devais plus pouvoir toucher à ça, j'en serais malheureux (...) Ceci étant, je compte très fort sur mes amis pour que je conserve un lien assez étroit avec Neo. J'ai envie de continuer à m'en occuper, j'en ai fait la proposition"


samedi 2 novembre 2013

Lamaoutai

La page de "Soutien aux 5 Bordelais qui ont promené "Serge" le lama dans un tramway" est désormais plus populaire que le président.fr - elle a dépassé allègrement le 1/2 millions de souteneurs.
A l'origine, "plus cinéphiles que mélomanes et en référence à une œuvre de Disney" se doit de préciser le journal français le Figaro, les ravisseurs le baptisèrent «Kuzco».

Mais comme dirait l'autre:
"Qui de la police ou de Serge le Lama alpagua l'autre ?"
 


Voir aussi:

Itw. d'un des acolytes de l'histoire du lama à Bordeaux. Réaction de S. Lama. Presse belge sur le coup. J'attends la question à Hollande






Ne pas oublier la fiancée délaissée ...


Une famille dépenserait son argent comme le FrGov ...


Lire aussi:
Sept idées pour l'impôt des sociétés
(de Bruno Colmant)
L'économie se trouve à un point d'inflexion critique. Après cinq années de crise financière, les premiers frémissements d'une reprise industrielle se font sentir. Tout va donc se jouer dans les prochains trimestres. Mais si la Belgique reste engluée dans une logique d'immobilisme et de contraction budgétaire, elle va rater le tournant du redéploiement dans un nouveau contexte technologique. Nos gouvernements doivent donc adopter une logique de stimulation de l'économie plutôt qu'une exigence d'austérité et de rigueur, qui alimente la récession. Ce constat exige de repenser rigoureusement l'impôt des sociétés. En effet, notre économie est très ouverte et devient progressivement un pays de filiales d'entreprises étrangères. Si l'impôt des sociétés est, en termes budgétaires relatifs, très faible par rapport à l'impôt des personnes physiques (il n'en représente qu'un quart des recettes), il revêt une dimension symbolique essentielle en termes de créations d'entreprises. Il s'impose donc de démontrer une forte attraction en matière d'investissements. Concrètement, notre royaume doit imaginer des avantages fiscaux afin de capturer le capital, qui est, par nature, en circulation permanente. Et, au risque d’être grinçant, il faut aller plus loin qu’un nettoyage des niches fiscales dont on s’imagine (trop) facilement que leur suppression répondra à une simplification de la fiscalité, alors qu’elles reposent souvent sur des motifs économiques.

jeudi 31 octobre 2013

Didier Bellens, le patron de Belgacom, il est toujours soutenu par le PS ?



Paul Magnette : Didier Bellens n’a pas été nommé par le PS, il a été nommé par le gouvernement, il n’est pas particulièrement soutenu par le PS, moi je l’ai dit clairement dans un grand journal flamand qui m’a posé la question et je le répète : rien dans son comportement, dans son attitude n’a quoi que ce soit de socialiste.
Bertrand Henne : - Mais vous avez vu les auditions de Didier Bellens, les images devant le Parlement…
PM : - J’ai vu les comptes rendus dans la presse écrite.
BH : - Vous ne l’avez pas trouvé arrogant ?
PM : - Je l’ai trouvé terriblement arrogant mais ce n’est pas une surprise.
BH : - Et donc il est toujours soutenu par le PS, il va aller jusqu’au bout de son mandat ?
PM : - Mais ce n’est pas une question d’être soutenu par le PS, ce n’est pas le PS qui l’a le plus soutenu au sein du gouvernement, ce n’est pas non plus le PS qui l’a nommé donc je ne sais pas d’où vous tenez cette idée mais voilà, il est là, il fait son travail, le mieux serait qu’il le fasse le plus discrètement possible, une grande entreprise de télécommunication comme Belgacom a besoin de sérénité, a besoin de calme et a besoin que l’on parle de l’efficacité de son service et de ses bons tarifs plutôt que des phrases de son patron.

Mais aussi:
Didier Bellens : « Son addiction à l’argent, c’est un problème de santé »

Et Bellens, qu’en pense-t-elle ? Génie ou… ? «  Je pense que c’est un génie stratégique qui se double d’une personnalité qui a quelques difficultés : cette addiction à l’argent c’est un problème de santé !  » Y a-t-il un problème avec Didier Bellens ? «  Oui. On a un problème avec lui. Il y a ce contrat qu’on doit respecter jusqu’au bout mais si on voit qu’il y a eu conflit d’intérêts, etc.  »
Faut-il un audit extérieur ? «  J’attends de voir ce que Jean Pascal Labille (le ministre de tutelle, ndlr) va décider, notamment en fonction de ce qu’il est passé au Parlement et au Conseil d’administration. Ce serait pas mal d’avoir une fois pour toutes la clarté, sinon ça va rester en l’air. »
Il n’y a pas des administrateurs PS à Belgacom ? «  Je les engage à être extrêmement vigilants. » Et à demander un audit externe ? « Je les engage à prendre leurs responsabilités. »

dimanche 27 octobre 2013

P(arvenu)S : Belgocontrol

Jean-Claude Tin­tin, l’an­cien CEO de Bel­go­con­trol qui avait engagé son propre fils Benoît âgé de 24 ans comme chauffeur privé,  s'était offert un logement de luxe : il avait amé­nagé un ap­par­te­ment de luxe privé au se­cond étage du centre ad­mi­nis­tra­tif à Stee­nok­ker­zeel chez Belgocontrol. Un as­cen­seur privé per­met­tait d’y ac­cé­der ...

Pourtant, Belgocontrol rencontre depuis longtemps de gros problèmes financiers.

En 2012, Belgocontrol avait essuyé une perte de 17 à 22 millions €, qui aurait pu être plus importante encore sans le soutien financier de 10 millions € apporté par Eurocontrol - "Mais estime subir une charge injustifiée de 28 millions d’euros, principalement sous la forme de prestations gratuites pour les aéroports régionaux."
Et Tintin avait gagné en 2012 une rémunération fixe de 260.000 €, augmentée d'une partie variable de 50.000 € et d'avantages en nature de 10.000 €, en plus d'une assurance groupe de 10.000 €.
Ce dernier était à l'époque "assez furieux qu’une nouvelle fois, on fasse preuve de populisme. Si on veut des gens de qualité, il faut les payer. On verra le dividende que l’Etat obtiendra de ces entreprises publiques dans le futur… " On a vu la qualité du premier stagiaire réviseur du Bureau Daerden ...

Jean-Claude Tintin, fidèle du clan Daerden était administrateur délégué depuis la création de Belgocontrol en 1998. NB: Charles-Louis d'Arenberg, petit-cousin éloigné du Roi Philippe de Belgique, est le président du conseil d'administration de Belgocontrol
Selon un audit européen début 2913, Belgocontrol, fonctionnerait en roue libre.

A sa "sortie" de Belgocontrol, Tintin exigeait des indemnités qui s'élevaient à un total de 700.000  €. Au final, on ne sait pas (encore) combien il aurait reçu ...

Pourtant, en 2010, un audit commandé par Etienne Schouppe et réalisé par KPMG étrillait la gestion de cette entreprise publique: dysfonctionnements en pagaille, absentéisme effréné, shadow cabinet … 

Et en 2013, un audit, réalisé par l'Agence européenne de la sécurité aérienne se montre très critique par rapport à Belgocontrol et à son autorité de supervision.

En 2014, on craint "la faillite" de l'entreprise publique.


Lire aussi:
Le ministre d'Etat et ex-sénateur Roger Lallemand avait un compte secret chez à entre 1979 et 1999, selon L'Echo.

Le Samusocial est-il mal géré?
Un rapport des Finances pointe des manquements
Le salaire de la directrice du Samusocial interpelle
Un rapport de l'inspection des Finances pointe aujourd'hui des manquements importants dans la comptabilité de cette ASBL, qui est une association de référence pour l'hébergement des sans-abri à Bruxelles-ville: elle collabore très étroitement avec la ville et son CPAS. L'inspecteur des Finances relève un manque de transparence dans la gestion. L'inspecteur a épluché les comptes du Samusocial et il relève un manque de transparence dans les factures. D'abord, certaines factures globales ne donnent pas le détail des prestations. Par exemple: 4600 euros, pour le déplacement de 30 personnes à Alicante en Espagne, mais l'objet de ce voyage, sa pertinence, ne figure pas dans les comptes. Cette opacité est remarquée surtout pour des mouvements d'agent entre l'Association et le CPAS de Bruxelles ville. Le PS Yvan Mayeur, président des deux structures, ne souhaite pas commenter cette remarque du rapport.

Le Kern a décidé de placer Guy Quaden à la tête de Belfius pour quatre mois. Sur proposition du gouvernement fédéral, le conseil d'administration de Belfius Banque & Assurances a nommé, mercredi, à l'unanimité, Guy Quaden, président ad interim jusqu'aù 31 décembre 2013, a annoncé Belfius dans un communiqué mercredi. Guy Quaden est gouverneur honoraire de la Banque Nationale de Belgique. Il a été jusqu'en 2010 professeur extraordinaire à l'Université de Liège et est, depuis février 2012, administrateur de Belfius, rappelle Belfius.

La nomination d’Angel Vergara à la Biennale de Venise est jugée opaque
Le Conseil d’Etat vient d’annuler la désignation de l’artiste à la Biennale 2011. Fadila Laanan (PS), la ministre de la Culture au sein du gouvernement de la Communauté française, vient de voir l’une de ses décisions annulée purement et simplement par le Conseil d’Etat. Il s’agit, en l’occurrence, de la nomination de l’artiste d’origine espagnole Angel Vergara comme représentant de la Communauté française dans le pavillon belge de la Biennale de Venise de 2011. Raison : l’absence de réelle mise en concurrence et de transparence dans le processus mis en place à l’époque pour la sélection de l’artiste qui aurait l’honneur de représenter les Belges francophones lors de l’exposition internationale à la renommée mondiale. Autrement dit, le cabinet de Fadila Laanan n’a pas lancé d’appel à projets public et, donc, n’a pas permis à tous les artistes potentiellement intéressés par cette mission vénitienne de pouvoir déposer leur candidature. Principe d’égalité en jeu C’est le principe même d’égalité et de non-discrimination qui est ici en jeu. D’où l’annulation de la nomination d’Angel Vergara. Attention, cette décision du Conseil d’Etat a une portée surtout théorique : par définition, la Biennale 2011 a déjà eu lieu… Il n’empêche que la juridiction est très claire dans son arrêt : 

“En l’absence d’appel public, précisant notamment un délai pour déposer une candidature, tous les artistes susceptibles d’être retenus et intéressés n’ont pas pu se faire connaître ou, comme le requérant, n’ont pas pu le faire en temps utile; seuls les candidats connus de l’un ou l’autre des membres du comité d’experts constitué par la partie adverse ont eu une chance d’être retenus; la décision administrative dont l’issue dépend largement de la connaissance personnelle qu’ont des artistes les personnes consultées par la partie adverse contrevient à la règle de l’égalité devant la loi.”

jeudi 5 septembre 2013

Le futur salaire des "top managers"

L'un des dossiers chauds de la rentrée du gouvernement fédéral "qui travaille en effet depuis de longues semaines sur une formule redéfinissant les rémunérations des hauts dirigeants de nos entreprises publiques" est le futur salaire des "top managers".
Magnette n'avait -outre des déclarations tonitruantes habituelles- "rien fait" et le ministre de tutelle Jean-Pascal Labille a son idée :
Il s’agit d’une formule de plafonnement et d'encadrement des salaires, visant à limiter la rémunération annuelle des CEO de ces entreprises. Un plafond de 290 000 € de salaire brut annuel maintenu, mais avec des exceptions possibles par entreprises, dans des limites ne pouvant dépasser X fois le salaire moyen dans l'entreprise.
Il y a également toute une série d'autres dispositions pour réglementer aussi la part variable de la rémunération, les assurances-pensions, les stock-options et les parachutes dorés en cas de rupture ...

Il en va de même pour les futures nominations  à la tête de 5 entreprises publiques, SNCB et Infrabel, Belgocontrol, Loterie nationale et Société fédérale de participations et d'investissements.



Lire ausssi:
Johnny Thijs ne resterait pas patron de bpost pour 290 000 euros par an 
 
Behalve de drie ceo’s hebben ook tien directeurs-generaal van de spoorwegen een jaarinkomen van meer dan 290.000 euro. Dat bevestigt de NMBS-Holding en schrijft De Standaard in haar ochtendeditie. De discussie over de toplonen voor managers van overheidsbedrijven beperkte zich tot nu toe vooral tot de ceo’s en de leden van het directiecomité van de beursgenoteerde bedrijven Belgacom en Bpost.
Maar ook bij de NMBS-groep wordt het topkader stevig betaald, blijkt nu uit cijfers van de NMBS-Holding. Behalve de drie ceo’s binnen de NMBS-groep - Jannie Haek (holding, 512.104 euro per jaar), Luc Lallemand (Infrabel, 493.489 euro per jaar) en Marc Descheemaeker (NMBS, 472.804 euro per jaar) - blijken ook nog eens tien directeurs-generaal een loon van meer dan 290.000 euro per jaar op te strijken.
De drie ceo’s inbegrepen gaat het om vijf personeelsleden van de NMBS-Holding, vier bij Infrabel en vier bij de NMBS. Zij zouden meer dan 360.000 euro per jaar verdienen.

mardi 27 août 2013

Flandre & deutérium

L'Institut flamand pour la Paix, épingle dans son rapport annuel que du matériel nucléaire provenant de Flandre (deutérium, ingrédient potentiel d'armes nucléaires, ainsi que des "produits nucléaires sensibles" pouvant avoir des usages tant civils que militaires) est envoyé à l'exportation depuis des années sans restriction suffisante sur son usage final ni sur le client qui l'utilise.
La valeur des licences d'exportation est passée de 4000 euros en 2008 à 220 000 euros en 2012.

Ces produits doivent être contrôlés par un système de licences, selon les traités internationaux

Tomas Baum, directeur de l'Institut pour la Paix :
"Depuis 2007, la Flandre délivre des autorisations globales à l'exportation d'eau lourde vers une cinquantaine de pays, dont l'Algérie, la Chine, la Corée du Sud et la Malaisie qui a une réputation préoccupante en matière de contrôle des exportations, et est parfois qualifiée de 'hub' pour le commerce illicite avec l'Iran"
Tomas Baum demande dès lors que le gouvernement flamand informe le parlement "en toute transparence" sur le contrôle de l'usage final du matériel nucléaire concerné, craignant des insuffisances.

Lire aussi:
New York : arrestation à JFK d'un homme qui transportait de l'uranium dans des chaussures

Un homme a été arrêté mercredi à l’aéroport new-yorkais John Fitzgerald Kennedy (JFK), avec de l’uranium caché dans la semelle de ses chaussures, destiné à l’Iran, selon la justice américaine. Patrick Campbell, 33 ans, basé en Sierra Leone et qui arrivait de Paris, est accusé d’avoir voulu servir d’intermédiaire pour vendre à l’Iran 1.000 tonnes d’uranium purifié, en violation de la législation américaine. Il était sous surveillance depuis mai 2012, depuis qu’il avait répondu à une petite annonce sur le site Alibaba.com, dont l’auteur cherchait à acheter de l’uranium 308 (yellow cake). Campbell avait répondu, sans savoir que l’auteur de la petite annonce était un agent américain des services d’immigration. Son interlocuteur lui avait précisé qu’il voulait acheter 1.000 tonnes d’uranium purifié, destiné à l’Iran, qui devrait être mélangé à d’autres minerais pour voyager.

samedi 24 août 2013

"Spa-Francorchamps, ça rapporte[rait] à l’économie"

... selon Jean-Claude Marcourt, le ministre wallon de l’économie, qui affirme:

"Je ne suis pas un fanatique de la F1 mais ce que je constate – et ce que toutes les études démontrent* –, c’est que le sport automobile rapporte plus d’argent qu’il n’en coûte pour l’économie du pays"

"L’Etat fédéral gagne beaucoup** mais ça permet aussi des milliers d’emplois toute l’année, notamment dans la région de Spa mais bien au-delà"

"Le GP de F1 reste déficitaire pour la Région wallonne mais ça demeure très positif pour l’ensemble de l’économie belge"

"Le Grand Prix permet d’attirer des gens en Wallonie. Des touristes mais aussi des acteurs économiques"

"Ca a un coût pour la Région, c’est vrai, mais c’est une formidable vitrine pour nous*** "
* Où trouve-t-on "toutes ces études" ?
** Combien ? Nada ...
*** "Nous", comprendre les politiciens régionalistes et nationalistes locaux

mardi 20 août 2013

Combattants en Syrie ...


Il est difficile d’estimer le nombre de Belges partis combattre en Syrie.
D’après Dorothée Klein, porte-parole de la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet, plusieurs jeunes Belges se sont vus refuser l’accès à la Turquie depuis le mois de mai dernier.

En juin 2013, Joëlle Milquet, évaluait entre 60 et 100 le nombre de jeunes en Syrie.
Des procédures en radiation ont été engagées contre 22 Anversois, 7 habitants de Vilvorde et 3 de Maaseik [suspectés d'être partis se battre en Syrie].

Le porte-parole du bourgmestre d’Anvers:
Une radiation n’est, en effet, pas sans conséquences sur une série de droits sociaux : allocation de chômage, octroi du revenu d’intégration sociale, etc. Les services de police et de renseignement avaient par ailleurs constaté que certains Belges, dont il était établi qu’ils avaient gagné la Syrie, recevaient toujours des revenus de remplacement. Certains d’entre eux traversaient la frontière pour se rendre en Turquie et collecter leurs allocations dans des agences bancaires. 
“Lorsqu’une personne est radiée administrativement, elle perd ses droits sociaux et ne reçoit, par exemple, plus d’allocation de chômage”
Des allocations familiales ont également été suspendues à des parents dont des enfants étaient en Syrie. Certains ont présenté des attestations de leur imam, indiquant qu’ils étudiaient l’arabe à l’étranger. Le président faisant fonction du CPAS d’Anvers :
“Cela n’a rien changé”
Le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte du SP.A:
“C’est l’évidence même. Si quelqu’un n’est plus disponible pour un emploi parce qu’il est allé combattre en Syrie, il ne mérite pas d’allocations de chômage”“L’inquiétude dans les mosquées est importante. Il y aurait encore des jeunes qui partent.”
Jan Creemers bourmestre CD&V de de Maaseik, qui avait confirmé que 3 jeunes avaient été radiés, après que la police ait constaté que ces trois personnes ne vivaient plus à leur adresse officielle. Il s'agit d'hommes nés en 1980, 1988 et 1991 suivis de longue date par les services communaux et la police :  
Lorsque nous avons entendu qu'un certain nombre de jeunes étaient partis en Syrie, la police a effectué des visites domiciliaires et constaté que ces trois personnes ne vivaient plus à leur adresse à Maaseik. Nous les avons donc radiées du registre.Leur famille comprend notre décision. Quand ils reviendront, ils pourront se réinscrire” Je ne sait pas s’ils recevaient des allocations : “C’est du ressort d’autres services.”
Le bourgmestre faisant fonction de Malines, Marc Hendrickx de la N-VA :
“Nous n’avons pas de certitude absolue que des personnes sont parties combattre en Syrie”“Via des mosquées, nous avons des signaux que, régulièrement, des personnes suspectes approchent des jeunes”
Monica De Coninck de la SP.A, ministre de l’Emploi et qui avait été présidente du CPAS d’Anvers, se retrouve derrière ces mesures:
“Quand j’étais présidente, c’était également soit on cherche du travail, soit on se forme. Sinon, pas d’allocation”

Selon "Het Nieuwsblad op zondag", le CPAS d'Anvers a suspendu le versement du revenu d'intégration (environ 1.000 € par mois) à l'épouse de Saïd M'Nari qui lui est membre de Sharia4Belgium et parti en mai à destination de la Syrie et est présumé "combattant syrien".
L’argumentation du CPAS d’Anvers consiste à dire que la dame en question a été sanctionnée parce qu’elle refusait de chercher du travail, d’apprendre le néerlandais, de répondre aux convocations etc.
La décision n'a [donc] pas de lien direct avec les activités du mari mais est liée également au refus de la femme de réclamer à son mari l'argent nécessaire à l'entretien du ménage. La femme vit actuellement dans un logement social avec ses trois enfants.
Bart De Wever, avait annoncé au mois de juin qu'il prendrait ce genre de mesure.

D'un autre côté, c'est en raison de la colère de plusieurs Marocains originaires de Maaseik que l'on a appris qu' Ismail Amgroud, l'un des trois habitants de Maaseik partis combattre en Syrie, y serait décédé fin juin. On apprend dans le même temps qu'ils avaient été radiés du registre de l'Etat civil de la commune limbourgeoise.

Ces Marocains originaires de Maaseik estiment "qu'avoir décidé de radier ainsi une personne décédée témoigne du peu de respect dont aurait fait preuve le bourgmestre" (Jan Creemers du sp.a, qui ignorait que le combattant était décédé)


Lire aussi:
4. Qui peut bénéficier du droit à l’intégration sociale ?

Condition 2 : Résidence

Le demandeur doit séjourner habituellement et en permanence sur le territoire belge.
La notion de résidence effective est définie dans l’AR DIS (4). Il ressort de cette définition que :
  • il n’est pas nécessaire, pour remplir la condition de résidence, d’être inscrit au registre de la population,
  • ni d’avoir un logement,
  • mais il faut par contre avoir un droit de séjour en Belgique.
Le paiement du revenu d’intégration sociale (RIS) est en principe suspendu en cas d’absence de plus d’un mois (séjour à l’étranger), sauf si, à titre d’exception, le CPAS admet dans le cas d’espèce des raisons motivant la durée de l’absence prolongée (p.ex. séjour de deux mois à l’étranger pour soigner un parent mourant).

Jeunes Belges en Syrie: "Punir une famille pour l'un de ses membres est illégal"
Anvers et Vilvorde s’attaquent aux allocations sociales des familles dont un membre a rejoint la Syrie. Yvan Mayeur, président (socialiste) du Centre public d’aide sociale (CPAS) de la Ville de Bruxelles, répond aux questions de La Libre. M. Mayeur, le CPAS de la ville d’Anvers a suspendu le versement du revenu d’intégration de l’épouse d’un homme réputé proche de Sharia4Belgium parti, en mai, se battre en Syrie. Qu’en pensez-vous ? Je ne connais pas le dossier et il est hors de question pour moi de commenter ce cas particulier. Je m’en tiendrai donc à des considérations de principe. J’estime que ce n’est pas parce qu’une femme a un mari aventurier qu’il faut lui retirer son revenu d’intégration. Le droit à l’aide sociale est un droit individuel et punir une famille parce qu’un de ses membres fait défaut est illégal. Une telle décision ne tiendrait pas la route devant le tribunal du travail. Moralement, on est en face d’une forme de prise d’otage. L’argumentation du CPAS d’Anvers consiste cependant à dire que la dame en question a été sanctionnée parce qu’elle refusait de chercher du travail, d’apprendre le néerlandais, de répondre aux convocations etc. Bref, la suspension du revenu d’intégration n’aurait qu’un lointain rapport avec les activités de son mari. Ne fait-on donc pas un mauvais procès aux dirigeants politiques anversois ? Il arrive dans tous les CPAS du pays que l’on suspende l’aide sociale lorsque l’allocataire ne remplit pas ou plus les conditions pour la recevoir. Et il ne serait pas scandaleux que le CPAS d’Anvers ait agi de la sorte si, de fait, la dame sanctionnée n’était pas disponible sur le marché de la formation et ne remplissait pas ou plus les obligations auxquelles elle est tenue par la loi. Mais il y a une différence, qui tient de l’hypocrisie et même de la malhonnêteté, entre la motivation juridique de la décision du CPAS, dont on voit bien qu’elle vise à éviter une défaite devant le tribunal du travail si celui-ci était saisi, et le discours de M. De Wever et de la N-VA qui, lui, lie clairement la décision à la présence du mari en Syrie. On dirait que la N-VA, qui plafonne un peu dans les sondages, cherche à refaire parler d’elle grâce à ce dossier par une communication politique qui tranche avec la motivation juridique de la décision. C’est très peu courageux et c’est critiquable sur le plan humain, car c’est du bien-être d’une famille (NdlR : la femme sanctionnée a trois enfants) qu’il s’agit. Autre décision, prise par les villes d’Anvers et de Vilvorde, la radiation des registres de la population d’une trentaine de jeunes partis, eux aussi, se battre en Syrie. Je ne connais pas le statut administratif de ces jeunes et je ne sais quel droit les uns et les autres ont ou n’ont pas de conserver d’éventuelles allocations sociales. Mais je me demande à quel titre on peut ainsi les radier des registres communaux. Il s’agit, une fois de plus, d’une annonce politique qui n’a pas de fondement réel. Va-t-on vous faire disparaître des tablettes parce que vous êtes parti trois mois à l’étranger ? Va-t-on supprimer les pensions des dizaines de milliers de Belges partis s’installer en Espagne ou dans le sud de la France ?





samedi 17 août 2013

Un poisson de mars ...

Tout se passe toujours bien comme dans le meilleur des mondes, à Charleroi ...

Jean-Jacques Cloquet, le dernier CEO de Brussels South Charleroi Airport [le précédant ayant été inculpé pour trafic d'influence et licencié en juin 2009 par Edmée De Groeve, alors présidente de BSCA, qui entretemps a été condamnée à 15 mois de prison avec sursis pour abus de biens sociaux, faux, détournements et escroquerie ] ...

essaie une tentative de décrédibilisation de Commission Européenne :
"L’article de presse sur lequel se base cette information [création d'une 2ème piste au BSCA] et dont la Commission se sert notamment pour justifier sa demande de renseignements était en réalité un poisson d’avril ", MAIS


Avec un "premier avril" ... du 30 mars ... Qui n'est pas crédible, en fait ?
Et ce n'est pas fini, car au 13H de la RTBF (du 17/08/2013), on a affirmé ... que le 30 mars est la veille du 1er avril !

Alors que "la DG Concurrence a envoyé fin juillet un courrier aux autorités régionales leur demandant de justifier leur intervention dans le financement des nouveaux investissements pour l'aéroport carolo", tels que principalement des investissements évalués à plus de 78 millions d'euros pour :
  • être opérationnel par temps de faible visibilité
  • l'agrandissement de son infrastructure pour pouvoir accueillir jusqu'à 9 millions de passagers
Ces travaux devraient commencer à la fin du printemps 2014 et durer deux ans.

La DG Concurrence ne s'intéresse pas seulement à l'aéroport de Charleroi. Elle aurait demandé aux autorités wallonnes de lui fournir tous les détails sur les différentes opérations dont certaines pourraient concerner la Société wallonne des aéroports.


Lire aussi:
Pagtour piège la Commission Européenne avec un Poisson d'Avril !
  -
Qui a dit que Pagtour n’était pas lu par les plus hautes instances qui nous gouvernent ? Ni que votre site préféré n’était pas influent ? Un article de Pierre Proneuve a retenu toute l’attention de la DG Concurrence à un tel point que celle-ci a interpellé l’Aéroport de Charleroi. L’ennui pour elle, il s’agissait d’un poisson d’avril !


La démocratie est ...

Selon la Toupie,
La démocratie est le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple (principe de souveraineté), sans qu'il y ait de distinctions dues la naissance, la richesse, la compétence... (principe d'égalité). En règle générale, les démocraties sont indirectes ou représentatives, le pouvoir s'exerçant par l'intermédiaire de représentants désignés lors d'élections au suffrage universel.

Les autres principes et fondements de la démocratie :

La démocratie s'oppose aux autres régimes politiques que sont :
On parle de démocratie économique ou sociale lorsque les droits sociaux, au logement, au travail, à l'éducation... sont garantis.



Lire aussi:
L’impossible naissance de la démocratie en Égypte interroge aussi le futur de la démocratie par Michel Leis Billet invité.
Il y quelques semaines, j’écrivais dans un billet sur les printemps arabes : « une convergence généralisée vers un futur à l’Occidentale reste la représentation dominante. C’est un prisme qui tend à déformer la perception et l’analyse que nous faisons du flot d’images qui nous parviennent, donnant des points de repère aussi nombreux qu’erronés […] Il est donc demandé au Monde musulman de s’inscrire directement dans une logique qui aura quand même pris plusieurs siècles pour s’établir en Occident. »

vendredi 16 août 2013

Forced into marriage

From The Guardian.com

A number of women and girls at risk of forced marriage have avoided going abroad by concealing spoons in their underwear at airport security, according to a campaign group.

Karma Nirvana, a Derby-based charity that supports victims of forced marriage, advises people who ring its helpline to hide a spoon in order to set off metal detectors at British airports. The group says that its recommendation has prevented some women from being spirited overseas.
Last week ministers warned that young people were at the highest risk of being taken abroad for a forced marriage during the school holidays. The government's forced marriage unit received 400 reports between June and August last year, out of an annual total of 1,500.

No one knows for sure how many Britons are forced into marriage each year.
Estimates range from 1,500 to 5,000. More than a third of those affected are thought to be aged under 16.

jeudi 15 août 2013

Les religieux sont moins intelligents que les athées ?

Sur BigBrowser, un blog du Monde:

Les personnes religieuses seraient en moyenne moins "intelligentes" que les non-croyants, selon une synthèse d'études sur le sujet réalisée par des chercheurs de l'université de Rochester, dans l'Etat de New York, rapporte The Independent.
L'équipe dirigée par le Pr Miron Zuckerman a entrepris de se plonger dans les conclusions de soixante-trois études menées depuis 1921 aux Etats-Unis. Il ressort de ce travail de synthèse que cinquante-trois d'entre elles arrivent au même résultat : une "relation négative" entre religiosité et intelligence. The Independant relaye cependant certaines critiques adressées à cette étude, comme le fait que la définition retenue de l'intelligence soit purement analytique et positiviste et en néglige certains aspects comme la créativité et l'intelligence émotionnelle. [ plus, ici ]

samedi 10 août 2013

Le ‘droit à l’oubli’

Un guide pour journalistes propose un Chapitre sur "La présomption d’innocence et le droit à l’oubli"

Sect.3: Le ‘droit à l’oubli’

Les personnes - victimes et auteurs (ou auteurs présumés) - qui ont eu affaire à la justice dans le passé, qu’il s’agisse de victimes, de personnes acquittées ou condamnées, ont-elles le droit à ce que les médias n’y fassent plus référence après un certain temps ?

La loi prévoit plusieurs techniques permettant aux autorités, et notamment à la justice, de passer l’éponge et d’effacer complètement le passé criminel de quelqu’un: la prescription, l’effacement automatique des peines de police, la réhabilitation ou l’amnistie. Par contre, il n’existe aucune loi qui impose aux médias de ne plus revenir sur le passé d’ex-inculpés ou d’ex-condamnés. Une certaine jurisprudence leur accorde toutefois un ‘droit à l’oubli’ en application du droit à la vie privée.

Pour la presse, le respect d’un droit absolu à l’oubli pose problème. Le journaliste doit toujours se demander si le rappel de certains faits sert l’intérêt général. Deux éléments importants doivent être pris en considération: le fait qu’il s’agisse ou non de personnalités publiques et le temps qui s’est écoulé depuis les événements en question. Ainsi, il y a une grande différence entre un article rappelant que tel homme politique a été condamné pour collaboration pendant la guerre et un article qui, x années après les faits, met en cause un citoyen parce qu’il a fait l’objet d’une plainte pour vol.

vendredi 9 août 2013

Le contrôle social

Il désigne l'ensemble des pratiques sociales, formelles ou informelles, qui tendent à produire et/ou maintenir la conformité des individus aux normes de leur groupe social.


Lire aussi:




 

jeudi 8 août 2013

Cigogne 3



Feu vert pour le plan : 1.600 nouvelles places par an; 10.341 d'ici 2018 ! 

20 juin 2013 :
Lancement de Cigogne 3 : De nouvelles places dans les crèches chaque année !
Le Gouvernement interfrancophone conjoint a décidé de lancer le plan Cigogne 3. Essentiel pour rencontrer les besoins de nouvelles places d’accueil et de la petite enfance, ce plan prévoit l’ouverture de 1.600 places en moyenne par an.
Les besoins futurs liés, notamment, au boom démographique pourront ainsi être pris en compte. Celui-ci se marque singulièrement à Bruxelles et en Wallonie. Il était donc naturel, tant pour rencontrer ce besoin que dans un souci de bonne collaboration et de concertation, d’examiner en Gouvernement conjoint les complémentarités et les synergies avec Bruxelles.

La volonté du Gouvernement interfrancophone conjoint était d’apporter une réponse ambitieuse aux demandes des familles et au problème du boom démographique. Pour parvenir à son objectif, le Gouvernement a décidé de lancer le Plan Cigogne 3.

L’ouverture de 2.049 places est planifiée d’ici fin 2014.

Elles seront financées par l’ONE (8 millions), par la Région bruxelloise (1,8 millions) et par la Wallonie (3,2 millions). L’effort consenti par les 2 Régions permettra l’engagement de 83 ACS à Bruxelles et 185 APE en Wallonie. On le sait, une place dans une crèche concourt à son développement harmonieux et son épanouissement, tout autant qu’il participe à la lutte contre les inégalités scolaires et sociales plus largement. Mais l’accueil de la petite enfance a une incidence sur l’emploi car il peut faciliter la conciliation entre la vie privée et la vie professionnelle. De plus, l’ouverture de nouvelles places génère également de nouveaux emplois, notamment pour l’encadrement des enfants.

L’objectif est de créer en moyenne 1.600 nouvelles places chaque année dans le cadre de la durée du contrat de gestion. En 2015, une évaluation des moyens disponibles et nécessaires sera réalisée. [on ne change pas une équipe imprévoyante qui perd; cfr photovoltaïque]
Les besoins ultérieurs seront évalués lors des débats liés au plan H2022.

lundi 5 août 2013

Islamophobie ?

Manuel Valls attribue l’origine du mot «  » aux intégristes Iraniens.

Rue89 relate que :
Dans une interview publiée jeudi dans Le Nouvel Observateur, Manuel Valls a repris à son compte la théorie controversée selon laquelle l’islamophobie était un concept utilisé par ceux qui cherchent à empêcher toute critique de l’islam.
Une idée défendue par Caroline Fourest ou Pascal Bruckner, et qui est loin de faire l’unanimité.
Le ministre de l’Intérieur, également chargé des Cultes, préfère parler d’actes « anti-musulmans » :
« Derrière le mot “islamophobie”, il faut voir ce qui se cache. Sa genèse montre qu’il a été forgé par les intégristes iraniens à la fin des années 70 pour jeter l’opprobre sur les femmes qui se refusaient à porter le voile. [...]
Pour les salafistes, “[l’]islamophobie” est un cheval de Troie qui vise à déstabiliser le pacte républicain. »


Lire aussi:
UNE "MONTÉE DE REVENDICATIONS IDENTITAIRES ET COMMUNAUTARISTES"

Selon les auditions menées ces derniers mois par la mission sur la laïcité, "certaines universités" sont en butte à "des demandes de dérogation pour justifier une absence, au port de signes d'appartenance religieuse, à des actes de prosélytisme, à la récusation de la mixité tant au niveau des étudiants que des enseignants, à la contestation du contenu des enseignements, à l'exigence de respect des interdits alimentaires, à l'octroi de lieux de culte ou de locaux de réunion à usage communautaire..." "Les problèmes n'ont pas disparu, ne se sont pas raréfiés mais se sont banalisés, indique le rapport. Des personnalités auditionnées parlent même "d'actions souterraines" (associations cultuelles masquées, conférences à contenu politico-religieux, etc.). Des professeurs nous signalent, par exemple, la difficulté qu'ils éprouvent parfois à organiser des binômes d'étudiants des deux sexes pour des travaux de groupe."